Logo
  • transparent



    "Le monde réel" nouvel album disponible

Le monde réel nouvel album
Disponible



Vidéos



Retrouvez @dominiquea sur instagram


Tournée

Le monde réel

Le chanteur livre un quatorzième album collectif pour lequel il a emmené des musiciens triés sur le volet au studio de la Frette. C’est Dominique A qui le dit lui-même, il « courait après un disque ». Et plutôt que de s’épuiser, de s’époumoner, ou même de se perdre en route seul, il a décidé de le faire en groupe. Quand le geste collectif devient rare, Dominique A, lui, décide de l’inscrire au frontispice d’un disque qu’il intitule « Le Monde réel », comme pour le rendre encore plus présent. Ce disque, qu’il a imaginé avec la complicité du producteur Yann Arnaud (Annette - BO du film de Leos Carax - Syd Matters, AIR, Cocoon…), a été enregistré au studio de la Frette, en région parisienne, selon des règles bien précises, loin des automatismes et de la fanfreluche. « Le Monde réel » devait être l’un de ses albums où l’on entend et voit presque les musiciens. Un disque qui tient les machines les plus éloignées possibles du débat, une œuvre de quasi-chair qui laisserait transparaître jusqu’au dernier trait d’humanité, qui donnerait même, soyons fous, sa part à l’erreur. Dans ce cadre très précis, l’un de ces cadres dont il se munit pour ne jamais céder à la routine, Dominique a également fixé sa place : il serait là à la fois pour tenir la maison comme il l’avait imaginée, mais aussi et surtout pour donner de la voix. Avec Yann Arnaud donc comme complice, il s’est entouré des musiciens et musicienne idéaux pour ce projet d’envergure. Dans le désordre : David Euverte, compagnon de tournée et de studio. Julien Noël, repéré sur les projets piano-voix du A. Sébastien Boisseau,venu du jazz, rencontré dans le cadre du collectif nantais « Des Liens». Présents aussi, Sylvaine Hélary et Etienne Bonhomme, respectivement aperçus sur « Vers les lueurs » et « Toute latitude ». Ensemble, en formation rapprochée, tous sont venus à la Frette pour donner corps à ce projet au sens propre du terme. Le disque s’est mis en place selon une méthode bien précise. Le matin, c’est Dominique A qui déboulait pour chanter une version guitare-voix. Le groupe s’en saisissait ensuite pour fournir presque dans la foulée une version de la chanson, polie et répétée ensuite en compagnie de Yann Arnaud, maître d’œuvre de ce travail d’équipe. Une fois prête, la chanson était ensuite chantée par Dominique A, venu compléter en « simple » interprète ce travail quotidien et collectif de mise en place. Il en ressort un disque époustouflant de beauté et de conviction, qui fait sonner l’évidence et pose le timbre inimitable de Dominique A au cœur de tout, au centre d'un univers qu'on habite un peu plus à chaque écoute. Dès le morceau d’ouverture et de bravoure de ce « Monde réel », « Dernier appel de la forêt », on se place dans le sillage de ce groupe que le Nantais a voulu. On y trouve sa place, on y entend le texte, on y sent la musique et les instruments (très peu de guitare) comme si on y était, là, pas loin. On pense au « Laughing Stock » de Talk Talk, à ce premier disque de Spain « The Blue Moods of Spain » où l’on sentait la volute en direct, à Portishead parti jouer loin de ses machines au Roseland de New York City pour un enregistrement d’une rare nudité. « Le Monde réel », c’est un pas de côté fort et discret, une aventure palpable qui vient renforcer le microsillon que creuse Dominique A avec cette classe et cette conviction qu’on lui connaît. Il y a sur ce nouvel album des titres si beaux qu’on n’en mène pas large: « Les Roches », « La Maison », « Au bord de la mer sous la pluie ». Des morceaux qui nous racontent aussi, comme « Nouvelles du monde lointain », « Avec les autres » ou « Dernier appel de la forêt ». À l’écoute des paroles, on y reconnaîtra ce monde qui change sans trop savoir ni pourquoi ni où il va, et auquel il faut s’adapter, ou pas. Sans jamais dévier de sa route et de ses envies, « Le Monde réel » fixe un moment de musique d’une honnêteté et d’une luminosité foudroyantes, qui porte l’œuvre de Dominique A encore plus loin.
Pierre Siankowski

Newsletter


Photos



Crédit photo : Jérome Bonnet

Presse

Press kit disponible

.